PAT ROWLAND A.R.C.A.

SCULPTEUR

Mas Pallary, 66400 Oms, France

  • Ecole de Beaux Arts, Leeds, Grande Bretagne
  • 1950-53 Royal College of Art, Londres, Grande Bretagne
  • 1965 Installation en France
  • 2010 Médaillée de la Ville de Céret.

 

Biographie de Pat Rowland par Monique Valls, ex-journaliste à Paris Match

Pat Rowland naît à Leeds dans le Yorkshire. On croit que son père, Walter P.B. Fitch, était descendant de Walter Hood Fitch, célèbre illustrateur de plantes aux Kew Gardens, à Londres. Jusqu'à l'âge de 17 ans Pat suit sa scolarité à Otley, petite ville réputée par les meubles Chippendale. Elle intègre ensuite l'École de Beaux Arts de Leeds, où avaient étudié Henry Moore, Barbara Hepworth, Ralph Brown et Kenneth Armitage. Là elle touche un peu à tout : peinture, modelage, sculpture, gravure… Mais avant de s'inscrire elle découvre la France. Paris!, où elle aime tout : ses lumières, ses monuments, ses musées, la mode.

À Leeds, après deux années d'études "de base" elle hésite entre stylisme (sa tante qui l'habille est styliste) et sculpture. Finalement elle opte pour la sculpture et, au bout de quatre ans, prépare le concours pour entre au Royal College of Art à Londres. Il y a deux cents candidats: elle fait partie des dix élus. Cette bourse lui permet de se perfectionner dans son art et… de rencontrer son futur mari Joe Rowland, étudiant en dessin de tissus et papiers peints. Les études terminées, il fallait bien gagner de quoi vivre. Pendant un an elle travaille dans un atelier de fabrication de bijoux en céramique. Ensuite elle prend un poste de professeure de dessin dans une école du Lancashire. Londres lui manque, elle y retourne, épouse Joe et se consacre à l'enseignement, tout en créant, pour améliorer le quotidien, des jouets et des bijoux et en encadrant des tableaux. De son côté, Joe peint des fleurs et fait de la photographie: tout va bien.

Un été ils rejoignent, en Catalogne du Sud, James, le frère de Pat , géomètre qui travaille à l'arpentage de l'autoroute qui relie Le Perthus, à la frontière française, à Barcelone.Il fait un temps splendide, ciel bleu, soleil tous les jours. "Que faisons-nous à Londres?", se demandent-ils. Et l'affaire est réglée.

Alors, l'année suivante, étant francophiles, ils cherchent une maison à acheter du côté français de la Catalogne, dans les Pyrénées orientales. Après pas mal de recherches ils trouvent dans la commune d'Oms un vieux mas à vendre. C'est le Mas Pat llari, un nom prédestiné.

Ils déménagent par les propres moyens, ayant acheté pour cent livres un vieux camion qu'ils bourrent de leurs meubles (tout, sauf le piano de Joe qui n'y rentre vraiment pas). À leur arrivée à Oms il plut pendant six semaines d'affilée! Le Sud de la France ensoleillé…

Installés, séchés, et le soleil revenu, ils descendent dans la plaine à Céret, petite ville vivante, accueillante, appréciée par les peintres Matisse, Picasso, Soutine, Braque, le sculpteur Manolo et d'autres artistes, qui ont laissé des œuvres au Musée d'art moderne de la ville. Là ils font la connaissance du peintre catalan Serge Bonacase et de son amie Amalia Vargas, une journaliste qui s'intéresse beaucoup à leur travail et qui fait plusieurs papiers élogieux pour les journaux locaux. C'est ainsi que Pat, invitée à la galerie le Simourgh à La Franqui, fait sa première exposition en France. Les expositions se succèdent, notamment à Sant Vicens, à Perpignan, chez Firmin Bauby, grand mécène et amateur d'art, où elle expose plusieurs années de suite. Le Palais des Congrès de Perpignan rend hommage aux deux Anglais avec une grande rétrospective. La ville de Banyuls-sur-Mer commande à Pat un monument à la sardane, la danse catalane. D'autres commandes publiques suivent.

Le Mas Patllari est devenu non seulement la maison de Pat mais aussi un mini-musée où les personnes qui s'intéressent à son travail et celui de Joe et à leur collection privée sont accueillis avec plaisir.